L’association entre l’état de vulnérabilité psychosociale pendant l’enfance et le rendement scolaire au primaire

  • Karine Paquette Université du Québec à Montréal
  • Christa Japel Université du Québec à Montréal
  • Hélène Paradis Université Laval

Abstract

La présence de multiples facteurs de risque dans l’environnement familial et social peut compromettre la réussite scolaire des enfants. Pour examiner le lien entre le nombre de facteurs de risque, présents entre la naissance et l’âge de douze ans, et le rendement scolaire au primaire, des trajectoires de vulnérabilité ont été créées à partir de données provenant de 2223 enfants québécois. Les résultats montrent qu’environ un enfant sur cinq grandit dans un contexte où l’on retrouve une multitude de facteurs de risque. Les enfants hautement vulnérables réussissent significativement moins bien aux examens ministériels, administrés en sixième année du primaire, et sont également environ six fois plus susceptibles de vivre un redoublement au primaire. Ces résultats soulignent l’importance de la mise en place, dès l’âge préscolaire, de milieux éducatifs de haute qualité pouvant atténuer les conséquences potentielles de grandir dans un contexte d’adversité. Quant au niveau scolaire, il est incontournable de mettre en place, dès le début de la scolarisation, plus de ressources pour soutenir les enfants vulnérables qui sont à risque d’échec et, ultérieurement, d’abandon scolaires.

Author Biography

Karine Paquette, Université du Québec à Montréal
Candidate au doctorat en psychologie, Ph.D, Psy.D
Published
2016-06-22
How to Cite
Paquette, K., Japel, C., & Paradis, H. (2016). L’association entre l’état de vulnérabilité psychosociale pendant l’enfance et le rendement scolaire au primaire. Canadian Journal of Education/Revue Canadienne De l’éducation, 39(2), 1-25. Retrieved from https://journals.sfu.ca/cje/index.php/cje-rce/article/view/2145
Section
Articles