L’apprentissage coopératif : des effets positifs sur les élèves aux difficultés liées à son implantation en classe

  • Isabelle Plante Université du Québec à Montréal

Abstract

Cet article synthétise la nature des effets de l’apprentissage coopératif sur les élèves, d’un part, et les facteurs qui en limitent l’implantation en classe, d’autre part. L’examen de près de 160 documents a révélé que la coopération procure des effets positifs non seulement sur le rendement des élèves, mais également sur leurs attitudes scolaires et leurs habiletés sociales et relationnelles. Les écrits suggèrent également que les croyances des enseignants envers la coopération, ainsi que la planification et la gestion de la coopération, sont trois facteurs qui réduisent la tendance des enseignants à en faire usage sur une base régulière.

Author Biography

Isabelle Plante, Université du Québec à Montréal
Notes de l’auteure :

La réalisation de cet article a été rendue possible grâce à une subvention de recherche du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC, 2011-2014, n° 144802), octroyée à Isabelle Plante.

La correspondance liée à cet article doit être adressée à Isabelle Plante, département d’éducation et formation spécialisées, Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succursale Centre-Ville, Montréal (Québec) Canada, H3C 3P8; courriel : plante.isabelle@uqam.ca.

Published
2013-01-11
How to Cite
Plante, I. (2013). L’apprentissage coopératif : des effets positifs sur les élèves aux difficultés liées à son implantation en classe. Canadian Journal of Education/Revue Canadienne De l’éducation, 35(4), 252-283. Retrieved from https://journals.sfu.ca/cje/index.php/cje-rce/article/view/1215
Section
Articles